• Site webJ'ai parcouru tous les sites de circonscription du 93 afin de voir si la Direction d'école était à l'honneur en Une. Résultats.

    Au final, seules 8 circonscriptions dédient sur leur portail d'entrée un lien envers la direction d'école : Drancy, Livry/Pavillons, Montreuil 2, Pantin, St Ouen et Stains (mêmes sites!), Tremblay et Villepinte (presque le même site).

    • Drancy : un beau menu déroulant mais rien de nouveau.
    • Livry/Pavillons : juste le formulaire du PPRE, rien de vraiment dédié à la Direction d'école.
    • Montreuil 2 : des utilitaires pour la direction (là encore rien de nouveau) + 3 articles sur BE, le calendrier scolaire et l'autorité parentale.
    • Pantin : mention spéciale ! Méme si la Direction n'est pas en Une mais à partir de Ressources, un espace réservé + des ressources en ligne dont un dossier réalisé par la circonscription sur le Conseil d'Ecole.
    • St Ouen et Stains : il faut aller dans ressources pour avoir un lien vers des docs pour la direction d'école. Mais rien en Une.
    • Tremblay et Villepinte : beaucoup de liens, mais pas d'articles originaux.

    Au final, pas de travail spécifique pour la Direction d'école dans les sites de circonscriptions, parfois une mise en ligne des documents de la circonscription, des liens extérieurs, mais rien de nouveaux et d'original. Mise à part le travail spécifique de Pantin.


    votre commentaire

  • Ouverture des discussions 

    C.R. de la réunion du 23/04/13 au ministère : DGESCO

    Le GDID,  est reçu par la DGESCO
    J.P. DELAHAYE, directeur général de la direction générale de l'enseignement scolaire
    M.C. MZALI, chef du bureau des écoles
    X. TURION, chef du service de l'instruction publique et de l'action pédagogique
    dans le cadre de la préparation des discussions sur la reconnaissance des directeurs d'école.

    En premier lieu, le directeur général reconnaît le travail essentiel et central des directeurs d'école, maillon indispensable pour diffuser, pour faire rayonner les réformes auprès des équipes, des élèves, des municipalités.
    M. Delahaye souligne aussi la légitimité du GDID comme interlocuteur.

    Une discussion sur de nombreux points s'engage alors entre les différents participants :
    - la situation actuelle de souffrance des directeurs
    - le lien entre la réussite des élèves et un leadership pédagogique reconnu du responsable de l'école
    - la convergence des opinions sur l'impossibilité de continuer avec le statu-quo actuel
    - la nécessaire reconnaissance du métier de directeur d'école (clarification des missions et des responsabilités et une programmation pour mettre en cohérence ces missions et les moyens qui pourront et devront y être attribués.)
    - l'établissement du premier degré, les réseaux d'écoles
    - Le besoin de temps mis en avant par le GDID
    - utilisation des heures d'APC pour le meilleur pilotage de l'école.
    - autonomie des heures d'animation pédagogique pour le directeur
    - reconnaissance de la spécificité des directeurs dans la répartition des services de surveillance
    - utilisation du dispositif « plus de maîtres que de classe » qui serait un moyen pertinent pour décharger le directeur d'une classe, mais lui donner en charge des heures d'enseignement avec ses collègues enseignants et les élèves qu'il connaît (heures modulées sur l'année, et sur la journée.) Le directeur grâce à sa vue globale a le meilleur profil pour ce dispositif au service des élèves.
    - Diminution et annualisation des temps d'enseignement. Le directeur a un travail continu sur l'année et des périodes plus prégnantes (début d'année scolaire, …..). Les seuils doivent donc être repensés. Le volume peut être mis en corrélation avec la nouvelle organisation de la semaine scolaire (9 demis-journées : 1/3 et 2/3 de décharge).
    - La valorisation : la formation diplomante initiale et continue (masterpro) des directeurs, la reconnaissance de leurs compétences (V.A.E.), leur rémunération doivent aussi être programmées . (La part fixe de la prime de direction doit être par exemple intégrée dans le salaire des directeurs).

    M. le Directeur général nous informe enfin que l'ouverture effective du groupe de travail sur la reconnaissance des directeurs ne peut plus tarder (ce qui rejoint notre constat et notre demande d'ouverture imminente) et que le GDID y participera bien évidemment.


    votre commentaire
  • Stage RAN et responsabilités Lu sur le site du GDID, la réponse du ministère concernant la responsabilité du directeur durant ces stages. Je ne cite que certains passages, ils devraient vous ravir :

    "ces actions éducatives sont présentées en Conseil d'école que le directeur d'école préside et inscrites dans le projet d'école. Elles constituent donc un prolongement du temps scolaire."

    "Il appartient donc au directeur d'école de s'assurer de la bonne organisation générale du service (...). Le directeur doit par ailleurs être joignable en cas d'accident d'un enfant survenant au cours de la période de stage à laquelle il participe pour établir la déclaration d'accident dans les 48h (...)."

    Le directeur peut être responsable sans être présent, il peut être joignable sans être présent ... certes ... mais il a intérêt à avoir fait tout ce qu'il doit faire avant de partir en vacances (PPMS, PAI, ...).


    votre commentaire
  • LPC

    LPC Sur BE (Base Elèves), je viens de découvrir la version informatique du LPC. Pourquoi seulement maintenant? Il y avait une mise à jour à faire sur le PC de mon bureau et comme tout doit passer par la DSI de la Mairie, j'ai traîné les pieds. Et puis aussi car je ne suis pas convaincu du tout par cette usine à gaz et cette idée d'Ecole du Socle qui ferait du Principal de Collège le premier d'entre-nous.

    J'ai donc découvert cette application et je l'ai trouvé pas mal du tout ... à un détail près ! Elle n'est accessible qu'aux directeurs ! Et je me vois mal rentrer les données pour l'ensemble des élèves de l'école.

    Je crois que je vais attendre encore un peu ...


    votre commentaire
  • PeillonLors des discussions à l'Assemblée Nationale sur la loi concernant l'école, notre ministre a dit ceci :

    "... il faudrait que vous choisissiez entre l’école comme établissement autonome et l’école du socle, les deux étant contradictoires."

    Et là, je suis inquiet !

    Et sans doute un peu stupide, car je ne vois pas en quoi les deux sont contradictoires. Il me semble que le primaire (comme le secondaire) a ses spécificités qu'il faut reconnaître. Pour le secondaire c'est fait, reste le primaire.

    Dans la loi est créé une liaison école/collège obligatoire. D'ailleurs à ce propos notre ministre enfonce le clou  :

    "Mais nous ne pourrons progresser sur l’autonomie pédagogique des établissements qu’à condition que vous leviez une contradiction. Vous nous dites, dans votre texte (celui de l'opposition), qu’il faut créer cette école du socle, en rassemblant les écoles primaires de rattachement avec leur collège. Soit. Mais que faites-vous alors des directeurs d’école, dont vous parlez depuis des semaines ? Si le directeur d’école a un statut particulier de chef d’établissement, vous transformez les écoles en établissements, auquel cas elles ne sont plus rattachées au collège.
    Vous devez faire un choix. Le choix que nous avons fait pour nous inscrire dans une continuité que vous aviez développée, c’est d’articuler ensemble ce qui n’était pas le cas jusque là, soit le travail entre l’école et le collège."

    Ainsi, il n'y aurait donc comme unique possibilité que la mise sous tutelle de l'école par le collège pour résoudre l'équation de l'Ecole du Socle. Pourquoi pas une reconnaissance du primaire, et une instance de régulation/concertation/je ne sais quoi entre l'école et le collège, d'égal à égal, afin d'harmoniser le territoire commun?

    Cette mise sous tutelle, les écoles n'en veulent pas ! Elles veulent garder le lien de proximité avec les familles et avoir, dans un cadre réglementaire national, la liberté nécessaire pour faire progresser les élèves qui lui sont confiés. Pour cela il faut un pilote, et je ne crois pas que le Principal du collège voisin (quand l'école envoie ses élèves dans un seul collège) soit le plus à même de connaître les besoins du primaire.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique